Bienvenu(es) et salutations évolutionnaires !

Bienvenu(e)s sur notre blog ! Voilà une petite quarantaine d’années nous avons commencé à voyager, tribuler par monts et par vaults en faisant du quotidien le plus ordinaire le moteur de notre volonté, de notre aspiration à l’évolution et au changement. Avec dans la poche des livres de Sri Aurobindo, de Satprem, et de tas de poètes qui parlaient autrement du monde.

Nos questions étaient des mantras.

Comment faire de son quotidien et de ses aspérités le levier d’une vie plus consciente qui soit autre chose qu’une lente coulée cool vers la retraite et la tombe ?

Comment comprendre les mutations actuelles, celles de la mort, du temps, de la filiation, de la transmission, du chamboulement général et de l’emprise d’un certain monde illusoire… Comment comprendre les crises qui se chevauchent, les pertes de sens, les pulsions  – déjà – nationalistes et intégristes…

Comment nous relier à l’histoire extraordinaire de notre espèce – et surtout – à ce qui en elle regarde autrement et singulièrement l’univers ?

Comment tenter de devenir plus authentique ? Ne plus se payer de mots. Passer le coup de rabot et mettre à jour cette partie ingénue et puissante et libre qui vibre au monde sans avoir l’illusion de posséder la vérité ?

Toute notre histoire a commencé il y a presque quarante ans avec Sri Aurobindo, Mère, mais aussi Teilhard de Chardin, la théologie orthodoxe, la littérature et l’histoire, des engagements initiatiques divers. Suivis de près par Auroville (premier séjour en 1982). De belles amitiés avec Kailash, Richard (Ashram de Sri Aurobindo), Georges Van Vrekhem (Auroville).

Depuis lors nous avons développé de nombreuses activités en Afrique de l’Ouest et au Maroc avec les projets Aurovillage, mais également en France l’Institut Savitri dans les années 2008 – 2012.

Cette expérience s’est enrichie du savoir et des sagesses des paysans africains, de la dignité de ce beau continent d’avenir qui recèle les secrets de notre passé. Elle a été fécondé par des séjours intenses en Egypte, à Jérusalem, en Inde, dans des confréries soufies…

Ces dernières années nous mettons en forme l’aboutissement de tout ce travail  que nous appelons Swaram, sous la forme d’un Institut et d’un Mouvement qui actualisent notre engagement pour l’évolution de la conscience. Livres, sites web, vidéos, podcasts, stages, conférences vont matérialiser cette nouvelle étape d’un engagement de plusieurs décennies chevillé au corps, au coeur et à l’esprit.

…………………………..

On trouvera, à gauche, au volet « catégories »  :
– notre Journal évolutionnaire en cours I et II.
– Un travail sur l’épopée Savitri. 

 

……………………………….

Les autres éléments concernant l’approche évolutionnaire Swaram, l’Institut et le Mouvement se trouveront sur un site en préparation. 

………………………..

Introduction au Journal

Dans notre éco-système de vie – ce que nous appelons notre agenda de vie – nous travaillons jour à après jour à tanner et polir le cuir de notre expérience au monde. Il s’agit de faire gonfler d’une bonne sève de sens toute l’arborescence du présent.

Nous le faisons modestement, en creux, et souvent dans la bataille âpre des jours. Par des bouts de vidéos, des textes qui préparent d’autres textes, des podcasts, des photos…  Nous partageons un peu de la vie de notre laboratoire évolutionnaire…

Nous tentons une remontée vers le futur au présent. Nous remontons le fleuve de l’Espèce à chaque battement de cette étrange étoile de mer qui palpite rêveusement dans nos poitrines.

Nous tirons un fil d’Ariane évolutionnaire qui s’étoile dans une vaste toile étonnante qui nous relie aux fleurs, aux cris de tous les nôtres qui peinent – dans leur corps, dans leur âme, sous les bombes, dans les geôles, dans la camisole du présent – mais qui nous relie aussi aux chants des âmes et des corps en fleur.

Si nous sommes ensoleillés du dedans c’est aussi parce que les steppes de nos enfances ont été brûlés précocement.

On trouvera ici un peu de notre « vie évolutionnaire » : celle qui se fabrique au jour le jour dans la forge du présent – avec la râpe du quotidien. Hors des sentiers battus des mots conventionnés et des spiritualités soporifiques.  Dans le brasier ardent de la conscience cellulaire. Sur la crête de l’inconnu – sans autre filet de sécurité que la main ouverte à ce qui vient. Sous le toit commun de notre grand ciel que nous admirons encore plus depuis que nous savons que l’univers se mire avec étonnement dans nos yeux d’hominidés.

Nous partageons tout cela avec ferveur et modestie avec tous les passionnés, les impatients et les aventuriers et les bannis qui sentent en eux monter les sèves irrépressibles du monde qui vient... Nous sommes tous en route vers le Grand Sens dont les mots s’inventent en naviguant.

……………….