On reprend le fil

Chefchaouen est une petite ville du nord du Maroc, arrimée à un flanc de montagne dont la vieille médina sinueuse a ses ruelles ouatées de bleu ciel. L’air y est pur, pas d’embouteillages, une dimension humaine, une culture de montagne omniprésente, de petits marchands de légumes, d’herbes, d’olives provenant de  villages qui se perdent dans la brume et les altitudes.  On respire enfin. L’histoire d’Al Andalus est omniprésente. La langue espagnole chante encore dans les mémoires, se mêlant au berbère, à l’arabe, et au français. Chefchaouen a été et reste une ville d’art et de culture.  J’ai rarement connu un lieu si idéal pour vivre et travailler.

Plusieurs nouvelles étapes ont été franchies depuis ce mois d’Août dernier : un déménagement, d’autres ancrages, une nouvelle émergence dans la continuité de notre travail antérieur.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *