Journal I – 28 Mai 2018

 

Une journée passionnante après la conférence d’hier Pinsaguel. Une disruption. Estoy muy bien. Mi estas contenta !

Depuis des années marinaient en mes tréfonds les différents composants d’un alliage contradictoire dont je ne trouvais pas la formule harmonique. Impossible de sortir ce magma polarisé et confus du feu de l’athanor intérieur. Impossible d’ouvrager et de forger, rien à faire !

L’idée qui m’agitait depuis longtemps était de relier l’évolutionnaire et l’Orange Bleue. Mais comment ? Mes essais improvisés tombaient à l’eau. Nous nous trouvions avec Rachel toujours pris, absorbés par des champs d’action, de terrain, matériel et sociaux qui donnaient du corps à l’Orange Bleue. Mais pourquoi accumuler tant de chantiers et de réalisations ?

Parallèlement nous construisions un mode de vie et de pensée « évolutionnaire ». Je notais, annotais des centaines de pages tandis que Rachel inventait des exercices, des modes d’être, des pratiques de vie qui s’infusait naturellement dans nos actions mais comment faire le lien et créer une dynamique pour communiquer, partager, essaimer…

Je la sentais mûrir la réponse à tout cela depuis des années… et je la sentais venir depuis des mois  dans cette partie étonnante de mon esprit qui plonge dans l’imaginal. Mais impossible d’accélérer le processus du mûrissement. Il devait arriver à son terme tout seul, en étant régulièrement « activé » d’attentions et de questionnements, en me laissant dans une sorte d’incertitude et de lâcher-prise… Chaque fois que j’ai  chercher à prendre les devants,  à accélérer artificiellement les choses en tentant des formulations, je me retrouvais à patiner lamentablement dans une purée conceptuelle décourageante.

Il fallait continuer à accumuler, apurer, écrire, inventer, formuler dans la pratique de vie, nous battre contre des résistances soulevés par nos actions et et projets dans des endroits ingrats du monde. Finalement nous sommes devenus porteurs au bout de toutes ces années de toutes sortes d’histoires, de réalisations, de projets… N’était-ce pas finalement dans un certain but dont nous  ne percevrions la finalité qu’avec le temps ?  La crédibilité qui émerge de toutes ces réalisations n’est-elle pas le meilleur crédit pour valider notre approche évolutionnaire ?

Depuis des années  nous portons avec Rachel toutes sortes de levains activateurs, de formules d’intelligibilité inédites, d’inspirations diverses qui sont le fruit de notre travail. Toutes ces modélisations, métaphores, inspirations ont été fécondé par nos combats, nos luttes, nos extases, nos brûlures, nos souffrances, mais aussi irradiés par nos joies de résilients. Comment les articuler en lien avec une formule communicante et opératoire.

J’en étais plus ou moins là…

Les questions durant la conférence m’ont titillé et révélé à quel point des personnes pourtant engagées dans des changements de paradigme restent dépourvus des leviers et activateurs stratégiques évolutionnaires. Leur pensées, portées par des intentions si pleines de bonne volonté, tournent en rond dans des modèles éculés, dualistes, spiritualistes, complotistes.  Enfin au retour j’écoutais une vidéo de Jean-François Noubet et une autre de Marc Luiyks que je trouvais l’une et l’autre vraiment désespérante. 

……………….

Et puis hier nuit le colis est tombé, tout prêt. Je peux enfin commencer à formuler l’idée clairement à partir du champs de cohérence qui émane naturellement d’elle. Je peux en forger les formules, les liens, le relief, laisser se libérer avec fluidité l’intelligence compactée dans l’idée-force.

Cette combinaison m’habite à présent avec une certaine jubilation.

Nous avons enfin la formule que nous cherchions pour relier nos engagement OB/Institut Al Andalus à la dynamique évolutionnaire.

Il s’agit en fait de lier le chapelet d’initiatives des oranges bleues à un labo d’intelligence collective et sociale.

Les Oranges Bleue, composées d’un nuage d’actions « les ateliers », se trouveraient  relié à un lab d’innovation sociale. Ce dernier, parallèlement aux « ateliers »  permettraient de partager des nouvelles modélisations  sur des idées-forces  innovantes et opératoires :
Un lab de la mutation sociétale, (avec l’idée expérimentale des « chréodes sociales », les monnaies éco-sociales…)
Un lab de la verdoyance sur les nouvelles relations avec les mondes végétal et animal
Un lab sur les nouveaux paradigmes de la mort et les rituels de fin/accomplissement de vie
Un lab sur l’anthropologie de la post-humanité
Un lab sur la « séniorité » et la transmission
Etc…
… L’ensemble permettant de devenir « acteur de sens »

Nous garderions l’Institut évolutionnaire dans un autre cadre pour une autre étape pour des séminaires, accompagnement… : devenir « créateur de sens ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *